Qu’est-ce que le Tai Chi ?

Le tai-chi-chuan est une succession lente et maîtrisée de positions du corps : la Forme.

 

Debout, on suit le professeur en enchaînant les mouvements de manière lente et fluide, en accord avec le rythme du souffle, l’équilibre, l’abandon des pensées, à l’écoute du groupe et dans la quête de l’harmonie profonde.

 

A La Saussaye, Laurent Renault propose une forme courte de 37 positions, issue de la forme longue (108 positions) de style Yang.

 

Ceux et celles qui pratiquent le tai chi cherchent à chasser les tensions, les fatigues du quotidien, le stress en aidant le corps à mieux faire circuler les énergies internes. Ce rééquilibrage de l’énergie vitale (qi ou chi) est aussi bénéfique pour le mental, la confiance en soi et dans la vie en général, la santé des organes internes, la souplesse.

 

Fruits d’une longue tradition chinoise, les positions d’origine sont inspirées d’abord de la philosophie antique taoïste, qui considère l’être humain comme en équilibre entre la terre et le ciel, toujours en mouvement, dans une bascule permanente entre le yin et le yang.

 

Mais au moyen-âge ces positions ont été adaptées pour l’auto-défense, comme une boxe dans laquelle on esquive habilement la force de l’assaillant en s’exposant le moins possible. Plusieurs traditions martiales existent : les styles Chen, Yang, Wu, Sun.

 

A la jonction de la quête d’équilibre énergétique et du geste martial efficace, on dit que le tai chi est un « art martial interne ». Le mot chinois tai chi peut se traduire de diverses manières : « boxe de l’éternelle jeunesse » ou « boxe du faîte suprême ». On pratique le tai chi à mains nues, mais cet art peut être associé à des pratiques martiales utilisant l’éventail, l’épée de bois, le sabre, la lance.

 

En Chine, sur le plan médicinal, la pratique du tai chi est associée à l’acupuncture, le massage et l’herboristerie.